Le rôle des produits radiopharmaceutiques dans les soins de santé est peut-être encore un mystère pour de nombreux Canadiens, mais ce domaine a un énorme potentiel thérapeutique et commercial pour notre pays. Le Canada est un leader mondial dans les technologies de soins de santé basées sur les radioisotopes, ce qui signifie qu’il a les atouts nécessaires pour devenir également un leader mondial dans la mise à disposition de nouvelles thérapies connexes aux patients.

Au cours des prochaines semaines, adMare BioInnovations et le Centre pour le développement et la commercialisation des traceurs (CPDC) vous présenteront une série de blogs sur ce domaine prometteur. Vous découvrirez les avantages potentiels des produits radiopharmaceutiques, le paysage canadien actuel et surtout, l’Initiative CPDC-adMare Radiopharmaceutique (CARI), et la façon dont elle peut être la voie vers la traduction des découvertes radiopharmaceutiques en clinique.

Que sont les produits radiopharmaceutiques ?

Les produits radiopharmaceutiques sont des médicaments qui contiennent des matières radioactives appelées radioisotopes1. Ils sont utilisés pour diagnostiquer ou traiter le cancer. Une sous-classe de ceux-ci, appelée radioconjugués, se compose de quatre éléments : le radioisotope, le ligand et le linker auquel est attaché un chélateur pour lier le radioisotope2.

Les radioisotopes sont des atomes qui émettent des radiations pouvant être utilisées pour fournir une image (agent de radiodiagnostic), ou en thérapeutique (agent radiothérapeutique) pour tuer ou arrêter la croissance des cellules/tissus malades3. Les radioisotopes utilisés dans les produits radiopharmaceutiques sont sélectionnés en fonction du type de rayonnement émis, qui peut être regroupés en trois types de rayonnement, dont les rayons alpha, bêta ou gamma. Les rayonnements alpha et bêta sont principalement utilisés dans les agents radiothérapeutiques pour leur capacité à endommager et à tuer les cellules malades, sans irradier en profondeur4. En revanche, les rayons gamma irradient plus profondément et sont utilisés dans les agents de radiodiagnostic, parce qu’ils sont détectables à l’aide de caméras spécialisées4. Les ligands sont des molécules qui interagissent avec les protéines cellulaires, telles que les récepteurs2. Par exemple, l’utilisation d’un ligand attiré par des récepteurs surexprimés dans les tumeurs, mais pas par les cellules saines est une stratégie utilisée pour les produits radiopharmaceutiques2. Enfin, un linker chimique qui comprend également un composé chélateur fixe le ligand à un radioisotope. Un chélateur est un composé qui se lie au radioisotope et contribue à sa stabilité.

En général, les produits radiopharmaceutiques sont comme des missiles microscopiques à la recherche de chaleur ciblant des zones du ligand d’intérêt2. Il s’agit essentiellement de radiothérapies ciblées. Un nouveau domaine émergent, appelé théranostic, utilise l’appariement d’un agent de radiodiagnostic et d’un agent radiothérapeutique, utilisant essentiellement le même ligand, linker et chélateur tout en modifiant le composant radioisotope du médicament, pour le diagnostic et pour le traitement de la maladie, respectivement.

Quels sont les avantages des produits radiopharmaceutiques ?

L’avantage des produits radiopharmaceutiques par rapport aux produits pharmaceutiques traditionnels est que la radioactivité du radioisotope permet une surveillance non invasive ou une irradiation thérapeutique ciblée avec très peu d’effet sur les processus biologiques normaux, ce qui se traduit par d’excellents résultats en matière de sécurité. Les radiodiagnostics sont utilisés pour permettre aux médecins de voir l’activité biochimique des cellules malades, de diagnostiquer ou de déterminer le stade de la maladie, d’identifier les patients les mieux adaptés à un traitement particulier et de surveiller la réponse d’un patient au traitement3.

Contrairement à la chimiothérapie, où les radiations sont appliquées de manière non sélective sur le corps, les nouveaux produits radiopharmaceutiques sont conçus pour cibler et tuer avec précision les cellules cancéreuses et les éliminant rapidement de l’organisme, tout en préservant les tissus sains3.

Outre l’aspect sécuritaire, un second avantage des produits radiopharmaceutiques est que la protéine cible (par exemple le récepteur) n’est pas nécessaire pour induire un résultat physiopathologique en étant activée/inhibée/modulée par le ligand comme le nécessiterait un agent pharmaceutique seul. Avec les produits radiopharmaceutiques, l’efficacité résulte plutôt de l’action directe des radiations et de la destruction des cellules cancéreuses qui en résulte. 

Une histoire à succès : Lutathera®

Lutathera est un produit radiopharmaceutique commercialisé par Novartis, connu comme un cas d’étude réussi grâce aux résultats de son traitement et à ses ventes à travers le monde en très peu de temps. Il a été le premier traitement par radiothérapie par peptides radiomarqués (PRRT) à avoir été homologué, avec l’approbation de la Commission européenne en septembre 2017 et de la Food and Drug Administration (FDA) américaine en janvier 2018.

Il cible les tumeurs qui expriment certaines protéines en surface, appelées récepteurs de la somatostatine, afin d’administrer de manière sélective la radioactivité à la tumeur5. La radioactivité du radioisotope provoque des dommages et finit par tuer les cellules cancéreuses, tout en ne créant aucun dommage aux cellules normales5. Il s’agit du premier et du seul produit radiopharmaceutique thérapeutique indiqué pour le traitement des tumeurs neuroendocrines gastro-entéro-pancréatiques (TNE-GEP)6 exprimant des récepteurs de la somatostatine, qui touchent chaque année environ 12 000 personnes aux États-Unis7 et 2 300 personnes au Canada8,9.

« Les options de traitement ont été limitées aux patients atteints de tumeurs neuroendocriniennes et les toxicités du traitement peuvent souvent l’emporter sur les avantages. Des études ont montré que Lutathera est une option efficace pour traiter la progression des tumeurs et offrir aux patients une meilleure qualité de vie », – Dr Jonathan Strosberg, responsable du programme des tumeurs neuroendocriniennes au H. Lee Moffitt Cancer Center & Research Institute, situé à Tampa, en Floride.7

En 2018, les ventes de Lutathera se seraient élevées à 167 millions de dollars US, pour environ 2 300 patients10. Plus de 100 centres prescrivaient activement ce traitement dont le remboursement a été obtenu dans plusieurs pays européens10. Un an plus tard, Lutathera a poursuivi son développement avec plus de 170 centres traitant activement des patients et les ventes auraient atteint 441 millions de dollars américains11. Au Canada, le traitement a déjà été approuvé pour remboursement au Québec et en Ontario, ce qui permet aux patients canadiens d’avoir accès à cette thérapie radiopharmaceutique5,12.

Dans la prochaine partie de cette série de blogs, nous nous concentrerons sur le paysage radiopharmaceutique canadien, y compris un aperçu des atouts considérables que nous avons déjà développés dans ce pays et qui peuvent servir de moteur thérapeutique pour les patients et de moteur économique pour le pays.

À propos de CARI

L’Initiative CPDC-adMare Radiopharmaceutique (CARI) a été lancée pour réunir les ressources respectives des deux organisations afin de faire progresser le secteur radiopharmaceutique au Canada. Les objectifs de CARI est d’identifier les opportunités radiopharmaceutiques découlant des découvertes académiques et des jeunes entreprises, d’établir des programmes rigoureux de développement de médicaments autour des opportunités sélectionnées, et de conduire les études de preuves de concept et autres données soutenant la commercialisation de nouveaux produits radiopharmaceutiques.

Cliquez ici pour en savoir plus et poser votre candidature pour l’initiative CARI.

 

Références